PierreEfratas

 

51-5mqgM0kL

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du Sabot de Sleipnir, le premier tome des Sagas des Mers Grises de Pierre Efratas, notre nouvelle série sur les Vikings, quelque part entre roman historique et mythes nordiques.



Partez pour la Norvège du IXème siècle, païenne et mystérieuse, à l'époque où de vaillants aventuriers prenaient la mer pendant plusieurs semaines, affrontant la fureur des flots comme celle des dieux, pour la gloire, l’honneur et la richesse.



 

Sagas des Mers Grises, Tome 1 :
Le Sabot de Sleipnir
"Femmes et hommes libres, nobles jarls, bienvenue dans ma grand-salle, prenez vos aises ! Sur les flots dorés de l'amitié, par l'écume des mers grises, je vous ferai partager le destin aventureux d'un jeune Viking que tout destinait à la réussite et qui fut le jouet des Nornes, des dieux, des déesses et d'étranges créatures. Écoutez la saga d'Ingvarr le Réprouvé..."
Auteur : Pierre Efratas
Couverture : Tiphs
Corrections : Anne Ledieu
Maquette : Tiphs
ISBN : 978-2490417049
Parution : 26 mai 2018
Prix de vente : 14,90€
Le mot de l'auteur :
  
   Cher/e/s lecteur/trice/s amoureux/ses de récits d’aventures mythologiques,
   C’est un grand bonheur pour moi de vous présenter les Sagas des Mers Grises, une nouvelle histoire norroise en trois épisodes qui vous raconte la rude destinée d’Ingvarr Dagfinnsson, jarl de Dybdall.
   Nouvelle histoire dis-je, puisque voici douze ans, je me lançais sur les mers noircies d’encre et blanchies d’écume de rêves avec un roman sous forme de saga historique (ou royale pour respecter la nomenclature des genres). Ainsi naquirent Hrólf le Vagabond et La Saga de Rollon. Dans cette première série de récits, hormis la rencontre avec Wandra, magicienne Picte initiatrice et devineresse qui annonçait son avenir au futur Rollon, fondateur de la Normandie, la mythologie  intervenait pour peu. Il faut dire que le narrateur, le scalde Gisbert, était d’origine franque …
   Quelques années plus tard, ce fut au tour du scalde Steingrim de me dicter ses Sagas des Neuf Mondes, qui ressortissaient plutôt au genre des sagas légendaires et des temps anciens. Divinités, créatures et humains s’y entrecroisaient à travers événements historiques et péripéties mythologiques. 
   Ainsi, grâce à Gisbert et à Steingrim, on pouvait en apprendre également un peu plus sur les mœurs, les us et les coutumes des affreux païens et autres hommes-brutes si complaisamment décrits par les clercs du Moyen-Age, ainsi que par les procureurs et estampeurs de grosse castagne à gros muscles, petits neurones et casques à cornes.
   Aujourd’hui, dans Sagas des Mers Grises, c’est une grande dame galloise, Genovefa de Buellt dans l’ancien royaume de Powys, qui prend le relais pour nous conter à sa manière les (més)aventures d’Ingvarr sur les mers et les terres de Midgard. 
   Ingvarr, fils de Dagfinn le Juste ! Voilà un jeune homme indépendant et solitaire qui voudrait vivre une vie tranquille, faite de commerce, d’élevage et d’agriculture, mais que tout, héritage familial, calamités climatiques et desseins des Hautes Puissances, projette dans une tourmente dont il aura bien du mal à se dépêtrer. Mais au fond, s’en sortira-t-il ?  Ce n’est pas sûr du tout ! Car notre jarl est obligé de monter une expédition viking. De là, les fils du Destin tissés par les trois Sœurs fatidiques l’entortillent dans des vicissitudes que rapportent parfois les mythes, les textes anciens et les pages d’Histoire.
   Comptez sur Genovefa, un puissant caractère, pour vous les raconter avec force et vigueur. Adepte de l’ivresse sacrée, elle déteste se prendre au sérieux.  En compagnie de ses hôtes rassemblés dans la salle des banquets, elle vous emmène à travers d’extraordinaires péripéties.
   Pour ma part, j’espère m’être montré son fidèle et humble traducteur.  Et maintenant, foin de discours, il est temps de prendre la mer pour le premier épisode, intitulé Le Sabot de Sleipnir.
Pierre Efratas