AVT_Marie-Josephe-Bonnet_6758

 

FPR-couvbd1-246x300

 

MARIE-JOSEPHE BONNET,

Docteur en Histoire, historienne d’art - Ecrivaine – Conférencière, directrice de la revue « Souffles d’elles ».

Livres

Liberté, égalité, exclusion, Femmes peintres en révolution, 1770-1804. Ed. Vendémiaire, 2012. (cahier photos-

Un éclairage précieux sur le rôle déterminant des peintres qui sont à l'origine d'un mouvement d'émancipation des femmes dans l'art au XVIIIe siècle. L'auteur dépeint une génération combative qui, consciente des limitations imposées à son sexe, adopte des stratégies inédites pour intégrer l'Académie royale et acquérir une légitimité artistique et une relative souveraineté dans les actes de la vie sociale. Parallèlement, ces femmes créent des écoles et commencent à exposer dans de petits Salons qui fleurissent à Paris. Cette dynamique identitaire qui se cristallise dans le genre de l'autoportrait constitue la part la plus originale et la plus neuve de leur contribution à la Révolution française et à l'histoire de l'art du XVIIIe siècle. Une nouvelle image fort différente de celle de la femme-nature mise à la mode par Boucher, de celle des libertines de Fragonard ou des mères éplorées peintes par David à côté des valeureux héros républicains. Lorsque la Révolution se déclenche, les femmes artistes occupent une position enviable. Or, ce mouvement d'émancipation est vite brisé. Suppression et censure s'exerceront contre leur statut professionnel. Elles seront rigoureusement exclues des institutions républicaines mises en place par le nouveau régime des arts. Après avoir conquis les premières places, elles seront, sous le coup de décisions politiques catastrophiques, renvoyées à un genre féminin étroit, sentimental et maternel qui finira par leur couper les ailes.

 

Histoire de l’émancipation des femmes, Ed. Ouest-France, 2012. (avec 150 photos)

Qu’est-ce que s’émanciper, quand on naît femme dans une société dirigée par, et pour les hommes ? Quelles formes, quels combats, quels acquis, toujours menacés et quels courants porteurs, se manifestent au cours de l’histoire ? Comment s’articule l’émancipation individuelle et collective ? Comment les rendre visibles au moyen d’une iconographie originale ? Autant d’attentes auxquelles répond ce livre.

Pour Marie-Josèphe Bonnet, cet éveil de la conscience féminine commence au Moyen Age avec les visionnaires et mystiques qui osèrent prendre la parole dans le cadre trop étroit de la religion de Dieu-le-Père afin d’exprimer leur expérience singulière. Ces hérétiques seront rejointes par les intellectuelles, poètes, frondeuses, amazones et femmes des Lumières qui contestent l’inégalité entre les sexes tout en développant une culture des Salons. Si la Révolution française ouvre l’ère des féminismes et des combats pour les droits, d’autres formes d’émancipation s’élaborent (…)

 

Violette Morris, Histoire d’une scandaleuse, Ed. Perrin, 2011.

(…) Mal connu, objet d’une légende noire, le « dossier Violette Morris » méritait d’être rouvert. Une enquête minutieuse dans les archives des services secrets de la France libre, de la police, des procès en cour de justice de la Libération, et auprès des témoins en Normandie ne conclut pas à sa culpabilité. Et si Violette Morris incarnait tous les démons refoulés d’une époque ?

 

André Letac, Souvenirs de guerre – 1914-1918, Présentation de notes par M.J. Bonnet, Ed. Corlet, 2010.

 

Les voix de la normandie combattante – Été 1944, Marie-Josèphe Bonnet Ed. Ouest-France, 2010.

Voici réunis pour la première fois une soixantaine de documents inédits rédigés par des FFI, des résistants ou de simples témoins, sur leur action durant la bataille de Normandie. C’est une histoire bien différente de l’histoire officielle que nous racontent ces paysans, ces notables, artisans, mères de famille, instituteurs, gendarmes ou curés de village, telle qu’ils l’ont vécue de l’autre côté de la ligne de front, au cœur de la puissance ennemie et sous les bombes anglo-américaines.  Pourquoi la résistance s’est-elle trouvée si désarmée à la veille de la libération ? Pourquoi a t-elle été ignorée si longtemps par les Alliés, quel est son rôle exact dans les opérations et surtout, comment a t-elle pris en main son destin, c’est ce que nous racontent ces récits passionnants, animés tout à la fois par la fierté de combattre pour sa liberté, la peur et le chagrin devant les morts et les destructions. […]

 

Les femmes artistes dans les avant-gardes, Ed. Odile Jacob, 2006.

Cet essai analyse le statut des femmes artistes au temps des avant-gardes en s’interrogeant le rôle de la notion d’avant-garde dans la marginalisation de l’activité artistique des femmes, que ce soit dans les institutions ou le marché de l’art.Ne s'agit-il pas d’une fausse rupture avec le passé, le père, l’académisme, qui occulte la filiation féminine, tout en discréditant le « féminin créateur »… des femmes.

 

Les femmes dans l’art, Qu’est-ce que les femmes ont apporté à l’art ?, Marie-Jo Bonnet - Ed. de La Martinière, 2004 –

Analyse l’évolution du statut des femmes dans l’art, depuis la préhistoire et s’interroge sur le regard des artistes femmes à travers quatre grands sujets universels : dire le féminin, dire le masculin, souffrir et jouir. Les 200 œuvres contenues dans cet ouvrage mettent au jour l’apport de la création des femmes avec des « regards croisés » femmes/hommes sur des sujets semblables.

Qu’est-ce qu’une femme désire quand elle désire une femme ? Marie-Jo Bonnet - Ed. Odile Jacob, 2004 – Occulté depuis l’Antiquité, le désir de la femme pour la femme ressurgit constamment au cours de l’histoire, malgré sa répression ou la fausse indifférence qu’il suscite aujourd’hui. Marie-Jo Bonnet interroge son statut dans la Bible, la psychanalyse, la famille, la société, et consacre la dernière partie à différentes figures du désir lesbien à travers la littérature comme Marguerite Yourcenar, Violette Leduc, Simone de Beauvoir, Monique Wittig, Christine Angot, Anne Garréta,  ou plus inattendue Madame de Sévigné.

Les Deux Amies - Essai sur le couple de femmes dans l’art, Marie-Jo Bonnet - Paris, Ed. Blanche, 2000 –

Si l’art a pour fonction de montrer ce que la société ne peut, ou ne veut pas voir, c’est probablement dans le registre de l’éros lesbien qu’il nous réserve les plus étonnantes surprises. Que ce soit à la Renaissance ou plus près de nous l’Ecole de Paris qui a peint de très nombreuses « Deux Amies ».

Un choix sans équivoque : recherches historiques sur les relations amoureuses entre les femmes, XVIe-XXe siècle (Thèse), Marie-Jo Bonnet - Denoël, 1981, réédité, augmenté, sous le titre :

Les relations amoureuses entre les femmes, XVI - XXè siècle, Paris, Odile Jacob, 1995. (Poche 59), 2001 –  Cette histoire de l’amour entre femmes tient compte du regard extérieur des hommes et de l’approche des lesbiennes. L’analyse à long terme dégage une évolution des moeurs, des mentalités et de la place des femmes dans la société. (Thèse d’histoire, 1979)

 

Son blog :  http://mariejobon.net/